24 juillet 2016 – Skye trail – Arrivée à Broadford

Fin de l’étape Torrin – Broadford

Distance : 5,1 km
Ascension : 69 m
Descente : 85 m

Au réveil, je sens que mon dos commence à donner quelques signes de fatigue. J’avoue que je n’ai pas toujours pris le temps de chercher l’emplacement idéal pour bivouaquer et le confort a parfois été très limite. Et mon dos me rappelle à l’ordre. Il est temps que je fasse une petite pause  et que je dorme dans un vrai lit !

La nuit a encore été bien arrosée et venteuse. Ma tente tient toujours le choc… Pas si mal cette ultra light Décathlon… En tout cas, depuis 4 ans, elle est à la hauteur de mes aventures. 

Je range mes affaires et je plie le camp. Je ne suis vraiment pas loin de Broadford. Je ne devrais pas mettre guère plus d’une heure pour y arriver.

Le chemin ne présent vraiment aucune difficulté ni même de problème de lecture. C’est une belle allée. Voilà qui me prépare un peu au retour la ville, même si Broadford reste une petite ville. Ce sera tout de même un retour à la civilisation.

Je jette un coup d’œil derrière moi, pour saluer la nature écossaise et dire au-revoir au Skye trail.

J’arrive rapidement sur la route qui m’amène à Broadford. Je longe une forêt sur quelques mètres et me voici devant la pancarte de la ville. Voilà, j’y suis…

A peine arrivée, je suis déjà un peu nostalgique, il y a comme un goût de « trop peu »…

Ces chemins qui paraissaient si faciles sur le papier m’auront donné plus d’une fois du fil à retordre et le parcours aura été ponctué de bien des surprises. Bonnes ou mauvaises, en tout cas rien ne se sera passé comme prévu. Mais bien que j’aie été malmenée plus d’une fois, pour ne pas dire tous les jours, je suis prête à revenir pour boucler la boucle et faire le Trotternish, le « Bad step », l’ascension du Blà bheinn… ou même simplement flâner dans les collines…

Bref, je suis tombée sous le charme de l’île…

A l’entrée de Broadford, je bifurque pour prendre un petit chemin le long d’une rivière. Il m’amène au bord de la route principale qui longe la baie.

Il est à peine 10h… Je ne suis pas censée arriver à mon Bed & Breakfast avant le début de l’après-midi mais là, je ne vois pas trop ce que je vais pouvoir faire pour m’occuper toute la matinée. La ville n’est vraiment pas grande et il n’y a pas grand-chose d’ouvert ici le dimanche matin, à part le supermarché Coopérative. Il n’est même pas possible de se poser dans un café…

Je pars à la recherche d’une connexion wifi. J’en trouve une près d’un hôtel et je peux checker mes messages. Un paquet de mail et de sms arrivent… Je ne me suis plus connectée depuis plusieurs jours, faute de réseau et aussi pour économiser ma batterie. L’un des messages m’intéresse particulièrement. C’est celui de mon hôte de ce soir, avec les informations pour trouver mon Bed & Breakfast. Car voilà. Aussi petite soit la ville et bien que j’ai l’adresse, je ne sais absolument pas où aller. Je n’ai qu’une carte très macro de la ville, qui m’a certes permise d’avoir une vague idée de la zone où se trouve mon Bed & Breakfast mais même avec ça, je risque de chercher encore pendant un moment…

Je réponds à Annie, mon hôte, pour lui dire que je suis déjà en ville et lui demande si je peux arriver un peu plus tôt… Qui sait… Et je fais bien ! Elle me demande d’attendre 30 minutes, le temps de terminer de tout préparer et ce sera bon. Parfait !!! Je pense que ça correspond au temps qu’il va me falloir pour trouver l’adresse.

Et je trouve finalement assez vite, grâce aux instructions très précises données par Annie, qui arrive au devant de moi alors que je rentre dans la cour. L’accueil est vraiment chaleureux. Elle me fait visiter ma chambre, ou plutôt… ma roulotte ! Car oui, c’est une roulotte que j’ai loué pour les deux prochaines nuits. Quand j’ai cherché un hébergement, je me suis dit que ce serait une bonne transition après le bivouac de l’île de Skye et avant l’auberge de jeunesse de Glasgow.

Je vais donc découvrir le « glamping », un truc entre le camping et la chambre en dur. Mais tout d’abord, voici ma roulotte !

Elle est dans le jardin de la maison, face à la mer. Douche privative dans la maison principale. J’ai un petit bout de jardin rien que pour moi, avec une table de pique-nique. Et la vue sur la baie est juste magnifique ! Annie me dit que l’orientation est idéale : je peux contempler le lever de soleil le matin et le coucher de soleil le soir. 

Et avec un peu de chance, je pourrais aussi voir des loutres sur la plage. Ce serait top… Même aux Shetland, je n’ai jamais réussi à en voir. La bête n’a jamais voulu montrer le bout de son nez.

Je m’installe. Je pose mon sac et déballe mes affaires.

La roulotte est petite mais fonctionnelle. Un petit coin cuisine avec bouilloire et four micro-ondes…

… et un lit ultra confort, avec tablette et tous les rangements qu’il faut en-dessous.

Pour plus de photos et d’infos, allez jeter un œil ici. C’est vraiment une bonne adresse !

Une fois l’essentiel de mes affaires rangé, direction la douche. C’est sympa le bivouac et la toilette dans les ruisseaux mais ça a ses limites…

Une fois propre et fraiche, je pars faire quelques courses chez Coopérative. J’achète de quoi diner le soir et faire quelques sandwich le midi.

Au retour, je me pose sur ma table de pique-nique pour manger un morceau. Enfin je peux me poser au soleil… Je me sers un verre de ce que je pense être du jus d’orange. Grosse erreur ! C’est un concentré d’orange, oui, mais qu’il faut diluer dans de l’eau. Un genre de Tang liquide (pour ceux qui ont connu les heures de gloire du Tang en poudre). La gorgée du brevage pur est donc on ne peut plus étrange… Intriguée, je lis la notice et je comprends l’erreur. Je rectifie en diluant le liquide mais cela reste mauvais. Heureusement, ma tentative de mini-camember se révèlera être une bonne surprise. Mais surtout, je me régalerai avec mon dessert : des shortbreads avec d’énooormes pépites de chocolat. un délice !

Après ce festin, je pars me promener le long de la côte. Il fait beau et chaud : les conditions sont idéales. Je sors le T-shirt et les lunettes de soleil. Je commence par longer la côte pour sortir de Broadford. Là, des pancartes indiquent le comportement à adopter si on croise des phoques. Je scrute les rochers mais je ne vois rien…

Un peu plus loin, je passe une barrière et je me retrouve au beau milieu de la nature. Je profite quelques instants de cet endroit si paisible.

Je traverse ensuite ces hautes herbes pour rejoindre le bord de mer. A défaut de sable fin, une belle dalle et de superbes rochers…

… une mer calme et une eau tellement claire…

Je décide de longer la rive encore un peu. Je vais jusqu’au plus loin qu’il est possible d’aller, en grimpant parfois dans les rochers.

Quand j’arrive au bout et que je ne peux plus avancer, je m’assieds sur les rochers et je reste quelques instants à contempler la mer et la baie de Broadford.

Quelques personnes se promènent aussi mais il n’y a pas foule. C’est chouette d’avoir cet endroit presque pour moi toute seule.

Un peu plus tard, je prends la direction du retour. En chemin, un banc attire mon attention. Dessus, une petite plaque…

Souvent, ces plaques sont dédiées à une personnalité de la région. Curieuse, je me rapproche pour voir de qui il s’agit, et là… surprise…

Il s’agit de Bonnie, un petit chien qui a l’air, ma foi, fort sympathique. Je ne peux m’empêcher de sourire…

Soirée tranquille dans ma roulotte. Le temps a viré à la pluie, je ne pourrai pas manger dehors ce soir. Avec une si belle vue, c’est bien dommage.

Je m’endors ensuite dans le grand lit moelleux. Quel régal après le bivouac des derniers jours…

Pas de réveil programmé demain. Repos.

Photos de la journée

Broadford-1
Broadford-2
Broadford-3
Broadford-4
Broadford-5
Broadford-6
Broadford-7
Broadford-8
Broadford-9
Broadford-10
Broadford-11
Broadford-12
Broadford-13
Broadford-14
Broadford-15
Broadford-16
previous arrow
next arrow
Broadford-1
Broadford-2
Broadford-3
Broadford-4
Broadford-5
Broadford-6
Broadford-7
Broadford-8
Broadford-9
Broadford-10
Broadford-11
Broadford-12
Broadford-13
Broadford-14
Broadford-15
Broadford-16
previous arrow
next arrow
Shadow

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *